sur le vif

à l’ouest de l’homme

par la compaganie RDH
interprétation:
Fanny Brunet, Catherine Büchi, Maud Faucherre, Léa Pohlhammer, Delphine Wuest
mise en scène collective

texte et dramaturgie: Sébastien Grosset
scénographie:
Zoé Cadotsch
musique:
Sven Pohlhammer

«Le western: le pays où les hommes sont vraiment des hommes.»
Après avoir abordé les femmes et leur univers, la compagnie RDH a décidé de se confronter à un univers purement masculin. Et si nous étions des hommes, qu’est-ce qu’on ferait? Comment est-ce qu’on agirait?Leur choix s’est porté sur  le monde du western, un monde d’hommes seuls, luttant pour survivre. La plupart des enfants ont joué aux cow-boys et aux indiens et les adultes que nous sommes en gardent le souvenir et, peut-être, fantasment encore sur cette conquête de l’ouest. L’univers du western si éloigné de notre façon de vivre,
et si caricatural donne une matière de travail idéale pour aborder le thème central de la réappropriation de codes masculins par les femmes. Le western,  sous sa forme cinématographique, aux référents connus
de tous, facilite cette recherche.

Les cinq comédiennes souhaitent revisiter le mythe du western, en adoptant des codes et des comportements qui ne sont pas les leurs, dans un univers peuplé de symboles de masculinité ou de virilité: le duel, les armes, le feu…

On ne parle donc pas d’une fresque historique du western, mais plutôt de son essence.  Ces cinq femmes, veulent en faire l’expérience et, au-delà d’essayer de comprendre les hommes, elles démontrent l’envie de réécrire l’histoire et de se l’approprier.

La Compagnie RDH
En septembre 2003, création de la Compagnie RDH à Genève par cinq comédiennes.
En février 2004, le spectacle L, première création de la compagnie, voit le jour au théâtre de l’Usine de Genève dans le cadre du Festival Superfemmes. Dans cette création, elles traitent avec humour et légèreté l’image de la femme dans notre société. Suite à cette expérience fructueuse, elles présentent en avril 2005 Le Dos du Désert en collaboration avec Louisa Merino, jeune chorégraphe madrilène qui leur permet d’explorer, par le mouvement et un montage de textes d’auteurs contemporains, plusieurs facettes de femmes d’horizons différents.
Tout en restant fidèles à leurs thématiques et préoccupations, notamment celle de la femme dans notre société, elles ont choisi de travailler sur l’écriture d’un auteur unique, et ont donc présenté en mai 2007, Les Reines, de Normand Chaurette. La mise en scène basée sur le jeu «burlesque» a été prise en charge par Sylviane Tille et a remporté un succès certain.

GRÜ / Théâtre du Grütli
Rue Général Dufour 16 / 1204 Genève
+41 (0)22 328 98 68 / info@grutli.ch / www.grutli.ch
25 novembre - 5 décembre 2010 lu-relâche / ma, je, sa - 19h / me, ve - 20h30 / di - 18h / 13.-

Soirées spéciales
Je 25 nov et sa 4 déc.: Soirées coup double: 19h A l'ouest de l'homme + 21h Suis à la messe (en-cas offert entre les 2 spectacles) Ve 3 déc: Soirée spéciale "soutien George" en collaboration avec George magazine

Laisser un commentaire

  • Archives